mardi 10 mai 2016

Un jour, une question : Acte 1



Comment nait un roman érotique dans votre esprit ?

Est-ce d’abord une scène puis vous brodez autour, ou l’histoire dans son ensemble que vous saupoudrez de scènes ?


Valéry:

Généralement, il y a une scène, au début. Toujours une première. Elle finit d’ailleurs toujours par être la scène centrale de l’histoire, qu’elle se déroule au milieu ou à la fin : c’est LA scène que j’avais envie d’écrire. Et autour s’articule l’histoire. 

Je n’ai jamais de plan très précis, sinon : je commence toujours l’écriture avec en tête une scène de début, une scène de fin, et des scènes-clés qui sont toujours, très honteusement (ou pas ? Dans la mesure où j’écris de la littérature érotique, ce n’est peut-être pas si honteux que ça), des scènes de sexe, en fait. Bon allez, pas honteusement parce que c’est ça, l’érotisme : écrire une histoire dans laquelle ce qui va faire évoluer les personnages, c’est la sexualité. Le nœud de l’intrigue est toujours là-dedans donc, forcément, les scènes-clés sont des scènes de sexe. 

Après, c’est le passage au stade de l’écriture qui me permet de dessiner mieux l’intrigue et les personnages. Je peux faire vingt essais de début avant de trouver celui qui me convient, avancer jusqu’à la moitié de l’histoire avant de trouver un élément déterminant de la personnalité de l’un des héros qui va me faire reprendre tout ce que j’ai écrit précédemment, écrire des pages et des pages que je ne conserverai pas parce que juste… elles ne vont pas, et je m’en rends compte en écrivant, quand bien même j’étais persuadée que c’était la bonne manière de faire évoluer les personnages… Donc, chez moi, il y a toujours une idée/une envie initiale, mais c’est le passage à l’écriture qui va me permettre de me rendre compte de ce qui fonctionne ou non, derrière. 


Gilles :

Tout simplement, en imaginant une fiction, liée de préférence aux réalités du passé. J’aime l’Histoire, plus ou moins contemporaine et je développe mes scénarios auprès de personnages, de lieux ou d’événements ayant réellement existé et connus du grand public. Ensuite, je réfléchis à l’érotisme qui pourrait se glisser au fil des pages. Ni trop, ni trop peu, c’est la règle pour un bon texte ! 
  
Une fois que tout est en place dans ma tête, je crée plus précisément les scènes érotiques afin que le récit reste crédible, mêlant vérité et fiction, au gré des rencontres, de l’aventure vécue ou encore de l’intrigue à venir. L’érotisme doit exacerber le récit, sans l’écraser outre mesure par une présence trop importante, sinon, on tomberait fatalement dans le sexe pour le sexe et ce serait rédhibitoire à la lecture. Tout est dans le dosage ! 
   
Quand c’est bien établi dans mon esprit, je prends quelques notes, traçant ce que j’appelle mon storyboard (le résumé détaillé du texte), ma timeline (la chronologie des événements et l’interaction avec les personnages), j’effectue les recherches et vérifications historiques nécessaires, en prenant beaucoup de notes puis je termine avec mes fiches personnages complètes (répertoriant un maximum de détails physiques, surtout en érotisme, c’est important). Quand je me mets au clavier, je sais globalement ce qui va se passer, tant dans le scénario que pour les scènes plus sensuelles. 
  
En procédant ainsi, l’instant érotique se mêle naturellement au récit, comme cela aurait pu se passer autrefois pour les textes historiques ou dans la vie actuelle du lecteur, pour les fictions contemporaines. 
  
Il peut m’arriver de revoir le scénario en cours d’écriture. Lancé dans mon récit, j’entrevois une scène plus torride ou différente, quelque chose qui pourrait mieux s’intégrer ou parce que j’ai besoin de modifier l’issue du texte, et je m’adapte pour l’amener dans le texte, mais c’est très rare.  


 
Valéry K. Baran


Facebook
Twitter
Google plus

Contact : contact@baran-tiefenbrunner.com
Blog
Page auteur Amazon
Page Harlequin  
Gilles Milo-Vaceri


Facebook
Twitter
Google plus
LinkedIn
Contact
Blog
Page auteur Amazon
Page Harlequin   Introduction



Sommaire


Introduction

Acte 1 – Comment nait un roman érotique dans votre esprit ? Est-ce d’abord une scène puis vous brodez autour, ou l’histoire dans son ensemble que vous saupoudrez de scènes ? 

Acte  2 – Quel est, pour vous, le moment le plus difficile à écrire : avant, pendant ou après une scène érotique ? 

Acte 3 – Vous fixez vous un but quand vous écrivez une scène érotique ? Si oui, lequel ? 

Acte  4 – Que pensez-vous de l’usage des préservatifs dans les scènes érotiques ? 

Acte 5 – Quelles sont vos limites (douleur, scarification…) ? 

Acte 6 – De votre point de vue, qu’est-ce que les livres érotiques ont de plus ou de moins par rapport aux autres romances ?

Conclusion

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire