jeudi 12 mai 2016

Un jour, une question : Acte 3


Vous fixez vous un but quand vous écrivez une scène érotique ? 

Si oui, lequel ? 


Valéry :

Je dirais que j’écris toujours avec l’idée que la scène érotique doit faire avancer l’intrigue. Donc la scène doit être sous tension. S’il n’y a pas de tension, si tout est résolu, la scène n’a aucun intérêt. Elle n’a pas à être là, ou alors c’est la scène de sexe finale du couple accompli et elle n’est là que symbolique, pour montrer les sentiments qu’ils se portent (elle n’a pas à être bien longue, alors, puisqu’elle n’a rien d’autre à montrer).  

Je reviens au point dont je parlais dans la question précédente sur la psychologie des personnages : une scène érotique doit toujours montrer autre chose que du sexe, en fait. On est dans un roman érotique, les personnages sont en évolution (sinon, l’histoire stagne), toutes les scènes doivent les montrer en train d’évoluer. Toujours. Sinon, elles n’ont pas leur place dans l’histoire, en érotique comme dans n’importe quel autre genre littéraire. Dans quel état d’esprit sont les personnages au début de la scène, dans lequel seront-ils à la fin ? Qu’ont-ils à affronter ? A découvrir ? A montrer d’eux-mêmes ? A quoi font-ils face ?  

Donc oui, si j’ai un but, c’est celui-ci : écrire une scène qui a du sens, qui fait évoluer les personnages, qui les confronte à leurs antagonismes, qui les bouscule et les fait évoluer, qui montre quelque chose d’eux de profond et d’important.  


Gilles :

Déjà, il faut que la scène soit réussie, c’est un premier objectif. Je l’expliquais plus haut, en me relisant, je dois en ressentir toute l’intensité, vibrer et être emporté. J’irai encore plus loin en disant que mon but est de susciter un réel désir chez mes lectrices et mes lecteurs, qu’ils puissent se mettre dans la peau de l’un ou l’autre de mes personnages et qu’ils en deviennent eux même les acteurs. C’est un partage entre l’auteur et ses lecteurs, le plaisir qu’il ressent à l’écriture doit être transmis à la personne qui le lira plus tard. Bien entendu, cela induit aussi de connaître les mécanismes du désir, les fantasmes, les envies avouées ou non, tant du côté féminin que masculin. 

Avec des situations, des mots bien choisis, on peut émoustiller ou mieux, provoquer une réelle excitation. Le vocabulaire prend alors toute sa force et nul besoin de vulgarité ou de pornographie ! Le bon auteur érotique doit rester maître de sa plume et réussir, malgré tout, à impacter l’imaginaire d’autrui. 

Alors, quand je reçois des mails, des messages pour me dire, même à mots couverts ou plus ouvertement, que mon livre a excité la personne, je suis ravi. Ne soyons pas hypocrites, si l’auteur tend vers la perfection des scènes, c’est aussi parce qu’il y a un lectorat exigeant qui apprécie pleinement cette littérature particulière, aujourd’hui bien entrée dans les mœurs. L’érotisme, le sexe, l’amour... Ne parle-t-on pas de la vie, au final ? 

Enfin, mon but secondaire est d’intégrer parfaitement l’érotisme à une fiction qui tient la route, avec une bonne intrigue ou un mystère quelconque, que ce soit contemporain ou historique. Si je devais écrire une succession de scènes de sexe, sans fil conducteur, sans récit, je laisserais ça à d’autres, car je serais le premier à m’ennuyer. 

Valéry K. Baran


Facebook
Twitter
Google plus

Contact : contact@baran-tiefenbrunner.com
Blog
Page auteur Amazon
Page Harlequin  
Gilles Milo-Vaceri


Facebook
Twitter
Google plus
LinkedIn
Contact
Blog
Page auteur Amazon
Page Harlequin  

 

 

Sommaire


Introduction

Acte 1 – Comment nait un roman érotique dans votre esprit ? Est-ce d’abord une scène puis vous brodez autour, ou l’histoire dans son ensemble que vous saupoudrez de scènes ? 

Acte  2 – Quel est, pour vous, le moment le plus difficile à écrire : avant, pendant ou après une scène érotique ? 

Acte 3 – Vous fixez vous un but quand vous écrivez une scène érotique ? Si oui, lequel ? 

Acte  4 – Que pensez-vous de l’usage des préservatifs dans les scènes érotiques ? 

Acte 5 – Quelles sont vos limites (douleur, scarification…) ? 

Acte 6 – De votre point de vue, qu’est-ce que les livres érotiques ont de plus ou de moins par rapport aux autres romances ?

Conclusion

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire