dimanche 15 mai 2016

Un jour, une question : Acte 6


De votre point de vue, qu’est-ce que les livres érotiques ont de plus ou de moins par rapport aux autres romances ? 



Gilles :

J’aimerais bien définir en premier le « bon » érotisme car c’est le genre littéraire le plus difficile à maîtriser. Parler de sexe est d’une banalité à mourir et à la portée de n’importe qui, du moins c’est ce que pense une grande majorité d’auteurs débutants. Et ils se trompent très lourdement ! Il suffit de parcourir les plates-formes de téléchargement pour en être convaincu. Faire un récit crédible où l’érotisme apporte vraiment une dimension charnelle et suscite un réel désir ressenti, bien vécu par le lecteur, c’est une tout autre histoire.

J’ai lu pas mal de textes dits érotiques qui n’étaient que sensuels ou d’autres qui versaient directement dans la pornographie de bas étage, que j’ai refermés après quelques pages seulement.

Pour illustrer mon propos, je vais citer Valéry en exemple. Lisez un de ses récits et vous comprendrez pourquoi ce n’est pas à la portée de n’importe qui. Elle vous fera voyager, vous suscitera du désir, vous emportera dans un beau voyage vers le plaisir et n’importe qui se sentira capable de la suivre et d’embarquer avec elle. Vous vivrez l’histoire pleinement, vous serez dedans et vous n’en sortirez pas indemne ! Voilà, c’est cela un bon auteur érotique.

En partant d’un bon texte signé par un bon auteur comme base de lecture, qu’est-ce que l’érotisme a de plus que la romance ?

Eh bien, cette grande différence qu’il y a entre un amour platonique idéalisé, pour ne pas dire fantasmé, et une vraie relation amoureuse entre adultes. À un moment, les sentiments se concrétisent par le désir sexuel, chez toute personne normalement constituée. Ces deux genres, pourtant distincts, se complètent souvent quand une nouvelle érotique repose sur une histoire d’amour ou lorsque la relation purement physique finit par engendrer des sentiments, on parlera alors de romance érotique.

Pour terminer sur une note positive, le meilleur genre, c’est la romance historique et érotique. C’est dit et pleinement assumé !

Merci Mily, pour cette interview très sympa ! De rien !


Valéry :

Ce sont des genres différents. La romance étudie les rapports amoureux entre deux personnages et comment ils passent d’un état de manque ou de trouble sentimental à un état d’accomplissement à ce sujet. L’érotisme étudie les rapports sensuels d’un ou de plusieurs personnages et comment ils passent d’un état de manque ou de trouble dans leur rapport à la sexualité à un autre état (pas forcément l’accomplissement, du coup, puisque l’érotisme n’a pas à avoir de fin positive forcément). 

La romance érotique, du coup, c’est un mix des deux. Soit le genre « romance » est le plus important, et l’accomplissement des personnages dans leurs rapports sexuels va servir l’intrigue principale qui est celle de la résolution du conflit amoureux. Soit le genre « érotique » est le plus important, et c’est le rapport amoureux qui va permettre de résoudre le problème d’accomplissement sexuel du personnage. 

J’ai tendance à dire que j’écris de la romance-érotique ou de l’érotique-romance, selon les cas. La différence va vraiment être là : où se situe le nœud de l’intrigue : dans les rapports sentimentaux ou dans l’évolution sexuelle du ou des personnages ? 

Bref, ce sont tout simplement des approches différentes. 


Valéry K. Baran


Facebook
Twitter
Google plus

Contact : contact@baran-tiefenbrunner.com
Blog
Page auteur Amazon
Page Harlequin  
Gilles Milo-Vaceri


Facebook
Twitter
Google plus
LinkedIn
Contact
Blog
Page auteur Amazon
Page Harlequin  

 

 

Sommaire


Introduction

Acte 1 – Comment nait un roman érotique dans votre esprit ? Est-ce d’abord une scène puis vous brodez autour, ou l’histoire dans son ensemble que vous saupoudrez de scènes ? 

Acte  2 – Quel est, pour vous, le moment le plus difficile à écrire : avant, pendant ou après une scène érotique ? 

Acte 3 – Vous fixez vous un but quand vous écrivez une scène érotique ? Si oui, lequel ? 

Acte  4 – Que pensez-vous de l’usage des préservatifs dans les scènes érotiques ? 

Acte 5 – Quelles sont vos limites (douleur, scarification…) ? 

Acte 6 – De votre point de vue, qu’est-ce que les livres érotiques ont de plus ou de moins par rapport aux autres romances ?

Conclusion

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire