Bienvenue


Je vous spoile un peu, mais l’année 2019 va être chargée.


Pour que vous puissiez être au courant de mon actualité et participer à des concours sans avoir à vous soucier quoi dire en commentaire, je me suis dit « et si je créais une liste ? ».
Les gens s’inscrivent et moi une fois par mois (ou tous les deux mois) je tire au sort quelqu’un pour récupérer un exemplaire dédicacé, des goodies.


Et puis je pourrais envoyer tous ces petits textes qui trainent sur mon ordi en exclusivité…


Alors je me lance !


Voici le lien pour s’inscrire : ICI





lundi 23 mai 2016

Un jour, une question : la conclusion




Et oui, c’est (enfin) ma conclusion !

Que dire ? Non, n’allez pas vous imaginer que je n’ai rien à ajouter sur le sujet ! Seulement c’est une conclusion donc je dois être brève, percutante et radieuse (cherchez pas, je suis en pleine méthode Coué).




En lisant les commentaires sur Facebook, j’ai remarqué que beaucoup d’autrices se retrouvaient dans les mots de Valery. Malheureusement les généralités sont l’ennemi de tous et je ne me permettrais pas de me baser là-dessus pour dire qu’il existe une méthode pour les femmes et une pour les hommes. Je me contenterai de montrer du doigt que même si le but est le même : faire ressentir des émotions aux lecteurs, la façon d’y parvenir change et varie d’autant qu’il y a d’auteur.

À vous de trouver la vôtre pour vous épanouir dans l’écriture et faire passer le plus de choses à vos lecteurs.

Pour faire un clin d’œil à un débat que j’ai lu sans pour autant y participer : ceux qui tentent de vous « apprendre à écrire » en vous donnant des conseils très terre à terre, devraient se contenter de rappeler qu’écrire est un art, il n’a donc pas de mode d’emploi et s’adapte à chacun de ses disciples.

J’espère que cette semaine en compagnie de Gilles et Valéry vous a plu. Et que vous avez pu en apprendre plus sur eux, leurs histoires et la face cachée des livres que vous dévorez.

Bon allez, c'est pas tout ça, quatre jours à Paris, ça fait du bien mais pendant ce temps-là Mélanie attend (et les 10 000 idées que j'ai eues pendant mon absence).
 

Sommaire


Introduction

Acte 1 – Comment nait un roman érotique dans votre esprit ? Est-ce d’abord une scène puis vous brodez autour, ou l’histoire dans son ensemble que vous saupoudrez de scènes ? 

Acte  2 – Quel est, pour vous, le moment le plus difficile à écrire : avant, pendant ou après une scène érotique ? 

Acte 3 – Vous fixez vous un but quand vous écrivez une scène érotique ? Si oui, lequel ? 

Acte  4 – Que pensez-vous de l’usage des préservatifs dans les scènes érotiques ? 

Acte 5 – Quelles sont vos limites (douleur, scarification…) ? 

Acte 6 – De votre point de vue, qu’est-ce que les livres érotiques ont de plus ou de moins par rapport aux autres romances ?

Conclusion

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire