samedi 4 novembre 2017

Les essuie-glaces, madame !

En cette période de grisaille, je me devais de vous parler de pluie, de froid... et d'Écossais.



Oh et que j'ai deux supers maisons d'édition qui m'abreuvent en lecture. You rock, guys !

Reprenons, je venais vous parler de l'homme qui a fait battre mon cœur la semaine dernière (ne le dites pas à Grand Chef, hein !). Cela faisait bien longtemps qu'une romance ne m'avait pas transportée à ce point. 

Voici le résumé, histoire que vous sachiez de quoi cause ce petit bijou :

Alicia a vingt-six ans, un enfant (Samuel), des diplômes par-dessus la tête, pas de mec, un joli minois et une vie d'octogénaire. Elle travaille pour Lexitrad, une agence de traduction. Sur un coup de tête, elle décide de partir avec son fils en Écosse pour quelque temps. Mais l'aventure risque fort de tourner au vinaigre, entre pannes de voitures, client insupportable, Écossais à la tête dure et voisins qui décident de se mêler de ses affaires...
Une romance sur fond de cornemuse et de pluie fine !








Ça donne envie, hein ?
Et regardez-moi cette couverture :








Bon, là je pense que vous êtes prêts à me suivre...

  
Seulement je ne vais pas trop vous en dévoiler pour que vous ayez, vous aussi, la joie de faire connaissance avec la trop sage Alicia, qui à force de se protéger, de tout planifier passe à côté de sa vie. Accompagnée de son adorable bambino, elle ose prendre deux semaines dans un pays qu'elle ne connait pas, entourée de gens décidés à se mêler de sa vie.
 
Et puis il y a Liam (chasse gardée à Beli du blog Livre sa vie et moi, qu'on soit bien tous d'accord). Il est beau, il est rude, protecteur et amoché par la vie également. Sauf que lui ne se voile pas la face. Et rien que pour ça, je ne l'en ai aimé que davantage !
 
Quant aux personnages secondaires ! Des délices, des cerises sur le Shortbread à dévorer sans modération.

Vous voulez en savoir plus ?
Rendez-vous le 8 Novembre dans toutes les bonnes crèmeries !
Et encore merci à Mathieu des éditions Leduc pour ce service presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire