mercredi 9 mai 2018

Un petit tour, et puis s'en va...


Oui, j'ai mis du temps à faire mon petit récap' du festival, mais les monstres ont eu du mal à se décoller... (au cas où quelqu'un se poserait la question, je parle de mes filles, Grand Chef ayant poussé un gros soupir de soulagement avant de disparaître pour avoir du calme...).

Avant de me lancer dans un bref résumé de ces deux petits jours, je tiens à remercier toute l'équipe des Romantiques qui a su gérer d'une main de maître cet événement et Diva qui m' invitée à participer en leur nom. Merci également à Harlequin qui a fourni des exemplaires de Jo et de la bonne humeur.

Et the last, but not the least : Vous, les lecteurs et lectrices, que vous soyez blogueuses ou non, j'ai adoré parler de notre passion commune avec vous.



Vendredi 4 Mai


Alors déjà je tiens à "remercier" la SNCF qui n'a pas annulé mon train (c'est dingue d'en être parvenu à ce point...). Fraiche et de bonne humeur, je me suis levée à 4h (du matin, oui du MATIN !!!) pour pouvoir rejoindre le Maison des Associations de Solidarité (MAS).

 
11 - 12h : Lecture de Sextoys et bulles de savon

Comme je suis quelqu'un de super carré, je suis arrivée sans savoir quel chapitre j'allais lire. Heureusement des blogueuses (Beli de Livre sa vie et Gwenlan de La malle aux livres) m'ont briefé, genre une demie heure avant. Et hop, je me suis jetée dans l'arène après avoir écouté Tamara Balliana.
Vu les gloussements et autres rires, j'ai dû encore raconté des bêtises malgré ma promesse d'être sérieuse. 



14 - 15h : Meet & greet


Franchement là, vous avez dépoté !
Ce n'est pas une mais deux heures de Meet & Greet que nous avons eues ensemble. J'ai signé, papoté et ri, un vrai délice ! Et je pense que nous aurions bien continué si je n'avais dû laisser la place à une autre auteure.
J'adore ces moments d'échanges, même si dans mon esprit nous aurions été mieux dans des fauteuils moelleux autour d'un café (ou d'un coca fraise) et sans avoir à nous préoccuper du temps. Peut-être à ma prochaine venue sur Paris, organiserai-je un pique-nique (comment ce serait trop cool ! Enfin ça dépend d'où... et de la météo... OK, ça peut vite être une cata cette idée)


Gros Big Up à toutes celles qui ont attendu, qui ont voulu des photos de la plante verte à côté de moi. Spécial clin d'oeil à Tiphaine qui me suit depuis des années, genre avant que j'ai les Princesses, du temps où je m'amusais à écrire des fanfictions.


17 - 18h : L'importance de l'entourage des héros

J'ai retrouvé Tamara pour une conférence. J'ai pu parler d'Amalia et Denis, mais aussi de Marie dont il faut que je corrige le manuscrit.
Ma conclusion ? L'entourage façonne le héros ou l'héroïne, il est donc important (et attention aux prénoms des personnages secondaires pour ne pas se retrouver à écrire sur un Francis ! Oui, je sais, ce prénom est tout sauf glam).



Samedi 5 Mai


Une nouvelle journée, et le sourire dès le lever, quoi demander de plus ? (Un strip tease de Stuart Reardon ?) (un petit déjeuner au lit servi par Zac Efron en caleçon ?) (un petit déjeuner au lit servi par Channing Tatum nu ?) (Les trois ?!)

9 - 11h : atelier écriture 

(ou comment prouver qu'il n'y a pas une once de sérieux dans mon corps)
Je tiens à remercier Angela qui a su nous organiser des défis permettant à nos esprits (tordus) de se défouler et à Anna qui a réussi à nous caser un écureuil dans cette histoire. Après ce genre d'atelier, entrer dans une cuisine est impossible et Winnie l'Ourson ne peut plus être regardé dans les yeux... Vous voilà prévenues !

Mon ressenti ? Un super moment de rigolades toute ensemble, de quoi bien commencer cette dernière journée de festival.



14 - 15h : les héroïnes au fort caractère

Voilà un thème qui a été intéressant parce que finalement nous étions quatre intervenantes avec chacune notre univers et notre propre définition du "fort caractère".
 Ma conclusion ? Nos héroïnes ont toutes du caractère, à nous de faire en sorte qu'elles ne plient pas devant le héros sexy et animal sans qu'il en fasse de même.





16 - 18h : dédicaces

Alors moi ça a été plutôt 17h30... Et encore... Au bout d'une petite demie heure, je n'avais plus rien devant moi. alors en personne sage et pondérée que je suis, j'ai été enquiquiner Léon de Griffes, Iris Hellen... J'ai discuté avec Cali Key et montré ma vieille Kobo Glo (comment je l'aime !!!)



 

En conclusion


Sans (mauvaise) surprise, j'ai eu mon train et je suis rentrée à la maison après un petit restau en amoureux (avec Grand Chef, dois-je réellement le préciser ?). Un festival qui aura marqué mon esprit et mon coeur. Voilà un super moment passé avec des passionnés de lecture.

Mon seul regret est de n'avoir pu jouer ma groupie auprès d'auteurs (mis à part avec Angela, mais la pauvre commence à être habituée). Peut-être l'an prochain...


lundi 30 avril 2018

Programme du Festival du roman féminin


Eh oui le mois de Mai est à nos portes (faudrait juste prévenir le gars en charge de la météo...) !

À la fin de la semaine, je serai à Paris (mon train est maintenu, pour le moment...) et je participerai pour la première fois au Festival du roman féminin. En bonne élève que je suis, je n'ai rien de prêt. Ah si, je sais quel extrait je vais lire (c'est déjà bien, je trouve !).

Par contre, je sais déjà mon planning (bon d'accord, c'est parce qu'une bonne âme me l'a envoyé, mais je l'ai !).

 Vous voulez le connaître ? Non ? Bah tant pis, je vous le donne tout de même 😝

 

Vendredi 4 Mai

11 - 12h : Lecture 
14 - 15h : Meet & greet
17 - 18h : L'importance de l'entourage des héros


Samedi 5 Mai

  9 - 11h : atelier écriture 
14 - 15h : les héroïnes au fort caractère
16 - 18h : dédicaces


Et entre ?


Et bah j'assisterai à des conférences, papoterai avec tout le monde parce que je suis une vraie pipelette quand je m'y mets (j'essaierai de limiter le nombres de bêtises que je raconte, un vrai défi) et ferai dédicacer mes livres (Anna Briac, Penny Webb-Watson...). 

Si vous me croisez, n'hésitez pas !

dimanche 18 mars 2018

Bref, mais intense...


Cette année encore, j'ai eu le grand Bonheur de dédicacer à Livre Paris. 

Un vendredi sportif...


Toute la journée, au lycée, mes élèves m'ont trouvée "trop louche". Mon sourire les rendait perplexe que voulez-vous. Et puis certains ont fini par vouloir s'incruster à ce que je leur ai présenté comme un week-end entre amis (même pas en rêve les piou-pioux !).

Dans le train, j'ai dévoré Qu'est-ce qui fait pleurer les crocodiles ? de Lucie Castel (Lachlan, c'est la vie !). Et puis dans mon deuxième train (oui, je travaille dans un coin paumé alors j'avais pas de direct pour la capitale), j'ai ri. Du petit garçon qui faisait les yeux doux à un jeune pour avoir des bonbons, de la femme qui s'éventait avec son pass auteur du salon du livre... J'ai discuté avec ma voisine des liseuses et de leurs avantages... 
Un moment convivial avant la jungle parisienne.



Je ne peux nier être née à Paris (intra-muros), avoir grandi là-bas auprès de Jo et Sam. Par contre, mon moment nostalgie a disparu dès la première rame de métro bondée jusqu'au plafond arrêtée devant moi. Allez savoir pourquoi...




Mais quel plaisir de revoir mes collègues de plume autour d'une coupe de champagne, de discuter livres avec des gens au moins aussi passionnés que moi, de rencontrer mes éditrices ainsi que toutes les personnes qui travaillent dans l'ombre...
Au passage, j'ai demandé le numéro de Lachlan (Lucie assure le service après-vente 😉 )


Un samedi olympique ...


Contrairement à certaines (Eve Borelli), je ne me suis pas levée aux aurores pour me préparer. (oui, je sais sauter un repas c'est le mal... mais techniquement ça en faisait deux avec le dîner de la veille). Je ne lui ai pas fait dédicacer La lanceuse de couteaux en plein milieu d'un trottoir pour pouvoir le ranger dans ma valise. Je ne me suis pas fait refouler de Livre Paris (Ah si, à cause d'Eve...). Je n'ai pas resquillé dans la queue pour entrer (je suis un ange, tout le monde vous le dira ! Sauf Eve, mais elle compte pas).

Bon vous l'aurez compris, avec ma meilleure ennemie (Eve, pour ceux qui n'ont pas suivi), on était à fond bien avant notre arrivée. Et on n'a pas relâché la pression pendant presque deux heures ! Merci à tous et à toutes pour vos cadeaux, vos petits mots (oui, les menaces, ça compte dans les "petits mots") et vos sourires. 


Après tout ce partage, j'ai fait une pause avec Charlotte Rodrigues et j'en ai profité pour avoir ma petite dédicace sur son premier livre papier reprenant ses deux livres : Tout pour lui et Tout pour elle
Si vous ne connaissez pas, il est tip top  !

Et après... Bah j'ai marché... piétiné... salué... discuté... acheté...
J'ai découvert l'exposition pour les 40 ans de Harlequin, discuté avec Julie Huleux de militaires, avec Caroline de recettes de gâteaux... 


Et il a été le moment de partir pour la gare.
Et le métro a eu un souci, alors j'ai discuté avec ma voisine qui revenait du salon du fitness. Elle n'a pas tiqué quand je lui ai dit écrire de la romance, encore moins quand j'ai cité Harlequin. Comme quoi, il y a encore des gens ouvert d'esprit.
J'ai eu HUIT minutes entre mon arrivée en station et la montée dans le train, mais je l'ai fait malgré mes pieds en compotes et ma valises blindée de livres (spéciale dédicace au chef de gare qui a clairement eu pitié de moi et a attendu pour souffler dans son sifflet) (Note pour plus tard, écrire une romance sur un gars de la sncf... de préférence avant les grèves pour que ça ne vire pas en thriller).


Un dimanche pantoufle...


Après toute cette excitation, j'ai rien fait. Enfin si, une sieste.
Demain, je retourne à mes piou-pioux qui ne vont pas manquer de me questionner sur mon week-end entre amis. Et dès 5h40, je m'attaque à la suite de Samia parce que j'ai cru comprendre qu'elle était très attendue.



Bizzz les gens
Et à bientôt 😚

lundi 8 janvier 2018

Jo, pour vous servir !



Et voilà, il est arrivé, le temps de vous parler de ma Joséphine... de cette héroïne un peu bad-ass, sortie de mon imagination sans prévenir.

Ce qu'il faut savoir sur Jo :


  • Je n'ai aucun souvenir de comment l'idée m'ait venu de créer ce personnage à la fois sombre et haut en couleurs. Il doit bien y avoir une raison, un élément déclencheur ou un événement qui m'a poussé à lui donner vie. Il y en a toujours un. Mais là, je ne m'en rappelle pas. 

  • Par contre, tous les personnages que vous croiserez sont fortement inspirés de personnes réelles ou ayant existé dont les noms ont été modifiés volontairement. Tout comme le quartier de Paris existe, mais n'est jamais cité clairement.

  • En écrivant l'épilogue, j'ai eu envie (pour la première fois depuis que je partage mes histoires) d'écrire des remerciements. Je l'ai fait avec cette boule au ventre appelé nostalgie. C'est bête, mais j'ai ressenti un besoin viscéral d'écrire ces quelques mots à la fin.


Jo, et après ?


Après comme vous l'avez compris sur les réseaux sociaux, il y a le tome deux. Une deuxième voix va s'élever (vous comprendrez vite laquelle). Avant de m'attaquer à cette "suite", j'ai tenu à me changer les idées. L'écriture de ce tome un a été intense et je tenais à ce que le ton du second diffère. Pour cela, il me fallait faire une pause en revenant vers la comédie .

J'ai fait un break, plus long que prévu (Cassiopée, Ange et Marie, toutes les trois ont vu le jour pendant cette période !). Est-ce vraiment un choix ? Inconsciemment oui, parce que je me sers beaucoup de mon vécu et le tome deux me lessivera autant que le premier. C'est un fait, en lisant Jo vous aurez une partie de moi entre les mains (vous pouvez y aller, elle est résistante !).


J'en profite pour remercier F. pour son aide lors du travail éditorial cet été.
Comme d'habitude, laissez-moi votre avis ici, sur Facebook ou sur les sites marchands !
Mily 

  

Premiers avis (pour la chronique complète, cliquer sur le nom du blog)


"Et si vous commenciez l'année 2018 en fanfare avec le nouveau roman de Mily Black ? Vous ferez la connaissance d'une héroïne peu commune, pour laquelle j'ai eu beaucoup d'affection."

The lovely teacher addiction
"On ne s'ennuie pas une seule minute avec elle (Jo) car elle a du répondant sous le capot et elle sait démarrer au quart de tour."

La malle aux livres
"A lire de toute urgence si vous avez envie d’une jolie romance épicée."

Mon paradis des livres
"On est tellement absorbée par l’histoire que l’on ne voit pas le temps passé un seul instant. Et quand arrive la fin on en redemande encore ! "

 

 

Concours


Facebook faisant des siennes (et moi mauvaise joueuse je ne veux pas payer), j'ai décidé de ramener le concours ici. Donc rien de plus facile :
Un commentaire sous cet article avec un moyen de vous joindre (FB, pas de mail pour éviter que votre adresse ne soit spammée après par des petits malins).

Si vous voulez partager cet article libre à vous, par contre, aimer la page est obligatoire.
Combien d'exemplaires papiers ?
  • Un pour commencer
  • Deux si vous êtes plus de 30 participants
  • Trois à partir de 50.
Je me réserve le droit de refuser des participants ou d'ajouter des lots si ma page connait une vague de "j'aime". Ceci est ouvert à la France métroplitaine, Belgique et Suisse.
Clôture des inscription le 14 Janvier 2018

La gagnante est : Lily Andrieux
 

samedi 23 décembre 2017

2017, tu me manqueras ! 2018, viens par ici...



Eh oui, il est déjà l'heure de parler de cette nouvelle année écoulée avec vous. 
Et quelle année, mazette ! 
En y regardant de plus près, elle a été très clairement scindée en deux. Le premier semestre a été jalonné de publications et de rencontres, alors que le second a été plus solitaire, enfin de mon point de vue. Mais est-ce réellement une mauvaise chose ?


Retour sur 2017 


Un premier semestre loin de l'écriture


Il faut avoir conscience qu'en publiant ces textes, que ce soit avec une maison d'édition ou en tant qu'indépendant, un auteur a deux côtés à gérer : l'un étant l'écriture et l'autre comprenant les relations avec les lecteurs. C'est normal, il ne faut pas se plaindre et accepter les deux.
Cette année, mon premier semestre a été essentiellement tourné vers mes sorties et les rencontres avec des lecteurs. Ne nous voilons pas la face, même si quitter mon clavier était un mal pour un bien, il m'a beaucoup manqué durant ces semaines où je vous parlais de Suzie et Fanny tout en préparant BAC, BEP et CAP avec mes élèves.

De ces six premiers mois, il faut retenir de bons moments et de belles avancées.

J'ai terminé Jo au mois de janvier (eh oui, j'ai tenu mes délais ! ça surprend, mais c'est véridique)






L'événement de l'année était ma participation au Salon du livre de Paris en compagnie d'Eve Borelli. Nous avons ri, papoté et bien sûr dédicacé. Un pur moment de bonheur qui m'a mis des étoiles plein les yeux.







Vous avez pu faire la connaissance de Suzie, une pin-up née pour le recueil du salon qui était cette année sous le thème des opposés. Grâce à elle, j'ai validé le défi 2015 qui trainait depuis... 2015. Mais elle m'a aussi permis de comprendre (bon OK, je le savais déjà) que j'ai beaucoup de mal avec les formats courts.

Et enfin, vous avez rencontré Fanny, ma sextoy woman. Elle est assurément ma petite bombe personnelle, mon délire et surtout un personnage peu commun qui a su vous faire rire et penser à toutes ces femmes qui se croient seules. 



Voilà pour ce qui est de mon début d'année. 


Un second semestre plus studieux


Au mois de Juillet, j'ai "effacé" le premier jet du tome deux de Petits dérapages. Je ne me retrouvais pas dans ce manuscrit et mon éditrice m'a laissé carte blanche, ainsi que quelques semaines supplémentaires, pour vous écrire une romance aux petits oignons.
Sous mes yeux, Cassiopée a pris vie avec sa famille dysfonctionnelle et son courage à toute épreuve. Elle s'est envolée vers d'autres horizons pour se retrouver et j'ai adoré parcourir ce chemin initiatique avec elle (j'avoue, le héros n'y est pas pour rien...)

Au mois d'aout, j'ai corrigé ce manuscrit tout en faisant l'editing de Jo. Un vrai tour de force tant les deux personnages sont différents.

De septembre à novembre, j'ai regardé avec émotions ma pirate prendre sa nouvelle vie en main, se battre, perdre, mais se relever inlassablement. (et non, le "s" à "émotions" n'est pas une faute, ce manuscrit est une montagne russe émotionnelle, enfin de mon point de vue)

Depuis novembre, je me suis attaquée à Marie, la meilleure amie de Fanny. Vous vouliez que je lui trouve quelqu'un, c'est chose faite. Il est ignoble, un vrai salaud comme j'en fais rarement. J'ai des doutes souvent sur lui et sa capacité à être à la hauteur, néanmoins je lui laisse sa chance et le surveille pour qu'il ne la blesse pas.


Points négatifs ? 


J'avoue ne pas en voir, malgré une baisse de moral mémorable, mais ça c'est une autre histoire.



Et pour 2018, alors ? 


Cela se résume en 7 points (enfin tirets...) :

– Terminer Marie avec une fin telle que vous aimez (et moi aussi) ;

– Faire la relecture / correction de ma pirate ;

– Écrire le tome 2 de Jo (et croiser les doigts en espérant que vous aimiez cette dernière) ;

– Reprendre le texte que j'ai prétendument effacé (mon premier essai de petits dérapages 2) en ôtant le balai que j'avais coincé dans le... de mon héroïne afin de la rendre un peu plus catchy ;

– M'attaquer à mon projet secret (surtout voir si je suis capable de réaliser quelque chose d'intéressant) ;

– Valider mon défi 2018 qui est d'écrire une romance de Noël (tout est prêt : plan, persos... Il faut juste que je m'occupe d'eux) ;


Et le meilleur pour la fin...


– Vous rencontrer au  festival du roman féminin qui se tiendra du 4 au 5 mai 2018 à Paris et auquel je participe avec joie sous la bannière des éditions Diva (j'espère juste ne pas avoir d'attelle cette année).



Comme vous pouvez vous en rendre compte, mon année 2018 est chargée et promet de beaux moments.

Je vous donne rendez-vous le 10 janvier avec Jo, Something about you, qui sort en papier et en numérique au prix bluffant de 4,99€ dans la collection &H poche.

D'ici là, bonnes vacances, bonnes fêtes et surtout : bonne digestion (oui, c'est pas très glam', mais avec toute la nourriture que nous allons ingurgiter ces prochains jours, il vaut mieux songer à tout).

Mily

samedi 4 novembre 2017

Les essuie-glaces, madame !

En cette période de grisaille, je me devais de vous parler de pluie, de froid... et d'Écossais.



Oh et que j'ai deux supers maisons d'édition qui m'abreuvent en lecture. You rock, guys !

Reprenons, je venais vous parler de l'homme qui a fait battre mon cœur la semaine dernière (ne le dites pas à Grand Chef, hein !). Cela faisait bien longtemps qu'une romance ne m'avait pas transportée à ce point. 

Voici le résumé, histoire que vous sachiez de quoi cause ce petit bijou :

Alicia a vingt-six ans, un enfant (Samuel), des diplômes par-dessus la tête, pas de mec, un joli minois et une vie d'octogénaire. Elle travaille pour Lexitrad, une agence de traduction. Sur un coup de tête, elle décide de partir avec son fils en Écosse pour quelque temps. Mais l'aventure risque fort de tourner au vinaigre, entre pannes de voitures, client insupportable, Écossais à la tête dure et voisins qui décident de se mêler de ses affaires...
Une romance sur fond de cornemuse et de pluie fine !








Ça donne envie, hein ?
Et regardez-moi cette couverture :








Bon, là je pense que vous êtes prêts à me suivre...

  
Seulement je ne vais pas trop vous en dévoiler pour que vous ayez, vous aussi, la joie de faire connaissance avec la trop sage Alicia, qui à force de se protéger, de tout planifier passe à côté de sa vie. Accompagnée de son adorable bambino, elle ose prendre deux semaines dans un pays qu'elle ne connait pas, entourée de gens décidés à se mêler de sa vie.
 
Et puis il y a Liam (chasse gardée à Beli du blog Livre sa vie et moi, qu'on soit bien tous d'accord). Il est beau, il est rude, protecteur et amoché par la vie également. Sauf que lui ne se voile pas la face. Et rien que pour ça, je ne l'en ai aimé que davantage !
 
Quant aux personnages secondaires ! Des délices, des cerises sur le Shortbread à dévorer sans modération.

Vous voulez en savoir plus ?
Rendez-vous le 8 Novembre dans toutes les bonnes crèmeries !
Et encore merci à Mathieu des éditions Leduc pour ce service presse.

dimanche 3 septembre 2017

Petit article de pré-rentrée

Me revoici-ci après un été très studieux ! (non, je n'ai pas préparé mes cours) (oui, le mois de septembre va être sportif)

 

Mais sur quoi ai-je donc travaillé alors ? 

 
Essentiellement sur trois choses :

La première étant de m'occuper des deux princesses. Nous sommes sorties au parc, à la mer, à la piscine... les trucs normaux me direz-vous.
Comme pendant l'année, je les vois finalement très peu en dehors des vacances, nous avons rattrapé le temps, les activités et les câlins.


 

La deuxième consistait en une tonne de corrections, de discussions autour de Jo. 
Cet editing a été intense, d'autant plus qu'il y aura une suite, Samia. Donc vous vous doutez que si je parle de ça, c'est que j'aurais bientôt plein de choses à vous raconter à ce sujet... 
Mais d'ici là, patience !


 
Et la troisième était d'écrire le tome deux de Petits dérapages. Cela m'a tenu tout le mois de juillet et m'a permis de voyager de nouveau en Écosse (bonjour la nostalgie après !). Donc voilà, Cassiopée est partie chez mon éditrice, reste à savoir si elle va la séduire.
Je peux d'ores et déjà vous dire que ce n'est pas une suite au sens premier, Louise et Francis n'y apparaissant jamais. 
Bon ok, j'avoue, il y a peut-être un clin d’œil...


Ce qui m'amène au point suivant...


Petits dérapages a été (et reste) une expérience incroyable pour moi. Grâce à ce texte, j'ai participé à un concours, j'ai été publiée pour la première fois en papier et j'ai rencontré une équipe géniale avec qui il fait bon travailler. Ils m'ont placé dans la peau d'un jury pour le prix de la romance (et j'y suis encore cette année !).
Et l'aventure continue ! Avec Fanny, mais aussi par la réédition en format poche le 13 Octobre de Louise et Francis sous le titre : Ne pas déranger


  

Et enfin...


À la base, je comptais m'attaquer à la suite de Jo, pour bien rester dans l'ambiance. Vous vous doutez que si je dis ça, c'est que mon cerveau retors en a décidé autrement. Seulement je vais devoir travailler sur mes cours... donc ne vous étonnez pas si je suis peu présente, je reprends simplement le chemin du lycée.

Bon mois de septembre à tous, 
Mily