samedi 4 novembre 2017

Les essuie-glaces, madame !

En cette période de grisaille, je me devais de vous parler de pluie, de froid... et d'Écossais.



Oh et que j'ai deux supers maisons d'édition qui m'abreuvent en lecture. You rock, guys !

Reprenons, je venais vous parler de l'homme qui a fait battre mon cœur la semaine dernière (ne le dites pas à Grand Chef, hein !). Cela faisait bien longtemps qu'une romance ne m'avait pas transportée à ce point. 

Voici le résumé, histoire que vous sachiez de quoi cause ce petit bijou :

Alicia a vingt-six ans, un enfant (Samuel), des diplômes par-dessus la tête, pas de mec, un joli minois et une vie d'octogénaire. Elle travaille pour Lexitrad, une agence de traduction. Sur un coup de tête, elle décide de partir avec son fils en Écosse pour quelque temps. Mais l'aventure risque fort de tourner au vinaigre, entre pannes de voitures, client insupportable, Écossais à la tête dure et voisins qui décident de se mêler de ses affaires...
Une romance sur fond de cornemuse et de pluie fine !








Ça donne envie, hein ?
Et regardez-moi cette couverture :








Bon, là je pense que vous êtes prêts à me suivre...

  
Seulement je ne vais pas trop vous en dévoiler pour que vous ayez, vous aussi, la joie de faire connaissance avec la trop sage Alicia, qui à force de se protéger, de tout planifier passe à côté de sa vie. Accompagnée de son adorable bambino, elle ose prendre deux semaines dans un pays qu'elle ne connait pas, entourée de gens décidés à se mêler de sa vie.
 
Et puis il y a Liam (chasse gardée à Beli du blog Livre sa vie et moi, qu'on soit bien tous d'accord). Il est beau, il est rude, protecteur et amoché par la vie également. Sauf que lui ne se voile pas la face. Et rien que pour ça, je ne l'en ai aimé que davantage !
 
Quant aux personnages secondaires ! Des délices, des cerises sur le Shortbread à dévorer sans modération.

Vous voulez en savoir plus ?
Rendez-vous le 8 Novembre dans toutes les bonnes crèmeries !
Et encore merci à Mathieu des éditions Leduc pour ce service presse.

dimanche 3 septembre 2017

Petit article de pré-rentrée

Me revoici-ci après un été très studieux ! (non, je n'ai pas préparé mes cours) (oui, le mois de septembre va être sportif)

 

Mais sur quoi ai-je donc travaillé alors ? 

 
Essentiellement sur trois choses :

La première étant de m'occuper des deux princesses. Nous sommes sorties au parc, à la mer, à la piscine... les trucs normaux me direz-vous.
Comme pendant l'année, je les vois finalement très peu en dehors des vacances, nous avons rattrapé le temps, les activités et les câlins.


 

La deuxième consistait en une tonne de corrections, de discussions autour de Jo. 
Cet editing a été intense, d'autant plus qu'il y aura une suite, Samia. Donc vous vous doutez que si je parle de ça, c'est que j'aurais bientôt plein de choses à vous raconter à ce sujet... 
Mais d'ici là, patience !


 
Et la troisième était d'écrire le tome deux de Petits dérapages. Cela m'a tenu tout le mois de juillet et m'a permis de voyager de nouveau en Écosse (bonjour la nostalgie après !). Donc voilà, Cassiopée est partie chez mon éditrice, reste à savoir si elle va la séduire.
Je peux d'ores et déjà vous dire que ce n'est pas une suite au sens premier, Louise et Francis n'y apparaissant jamais. 
Bon ok, j'avoue, il y a peut-être un clin d’œil...


Ce qui m'amène au point suivant...


Petits dérapages a été (et reste) une expérience incroyable pour moi. Grâce à ce texte, j'ai participé à un concours, j'ai été publiée pour la première fois en papier et j'ai rencontré une équipe géniale avec qui il fait bon travailler. Ils m'ont placé dans la peau d'un jury pour le prix de la romance (et j'y suis encore cette année !).
Et l'aventure continue ! Avec Fanny, mais aussi par la réédition en format poche le 13 Octobre de Louise et Francis sous le titre : Ne pas déranger


  

Et enfin...


À la base, je comptais m'attaquer à la suite de Jo, pour bien rester dans l'ambiance. Vous vous doutez que si je dis ça, c'est que mon cerveau retors en a décidé autrement. Seulement je vais devoir travailler sur mes cours... donc ne vous étonnez pas si je suis peu présente, je reprends simplement le chemin du lycée.

Bon mois de septembre à tous, 
Mily

jeudi 29 juin 2017

Sur la route... sous la pluie.

 

Je vous en parlais dans un précédent article, l'idée de Fanny (Sextoys et bulles de savon) m'est venue lors d'une conversation folle (pour les plus mauvaises langues, oui, il m'arrive d'être sérieuse... des fois). Cette héroïne a pris vie sous les rires la bonne humeur avec l'envie d'avoir une femme qui ne suive pas les codes habituels (elle a même légèrement échappé à mon contrôle...) et qui se retrouve chamboulée face à son exact opposé.




Mais durant cette conversation, ce que vous en savez pas encore, c'est que d'autres personnages sont nés. Certains sont encore au stade larvaire et ne verront peut-être jamais le jour, mais Suzie a eu la chance de prendre vie (et de rencontrer la Bête).


La seule inconnue était : Pourquoi se rencontreraient-ils ? 

Et là, c'est ni plus ni moins que la météo qui m'a aidée : les inondations qui ont (un peu) bloqué le pays en 2016, rendant l'A10 impraticable.



Et voilà, le tour était joué ! Ma nouvelle pour le recueil Harlequin était complète.
Et maintenant ? 
Ne vous inquiétez pas d'autres héroïnes bad-ass sont à venir !


jeudi 25 mai 2017

Aveu #3

Je sais faire autre chose qu'écrire, lire et travailler (je dors aussi, je mange...)

En flânant un soir sur mon ami Face de bouc, j'ai vu une vidéo sympathique pour faire une cabane avec des journaux. L'idée m'a trainé longtemps dans la tête avant que je ne décide de m'y attaquer.

Phase 1 : Razzia au lycée

On reçoit trois exemplaires du journal local (ouest-france) et seul un est archivé, les autres sont tout simplement jetés ou utilisés par les élèves d'une filière. Très bien, je vais voir la prof doc, lui fais un grand sourire et récupère un carton plus lourd que Princesse Bubulle.

Phase 2 : Motivation

Il faut dire que la première partie du montage est des plus rasoir (avec le recul, elles y sont toutes), il faut rouler des feuilles ensemble.
Je me cale devant le replay de The Island et pendant qu'ils cherchent à avoir le feu, je produis les 45 rouleaux nécessaires à la suite. Chacun son challenge, j'ai pas besoin de chasser la noix de coco pour faire taire mon estomac, moi.



Phase 3 : Des triangles (équilatéraux, s'il vous plait !)

Là, j'avoue que ça commençait à me sortir par les trous du nez... J'ai donc calé Grand Chef devant une émission débile après lui avoir expliqué quoi faire. Et moi ? Je me suis installée confortablement dans le canapé pour lire (bah quoi ? Je les ai pas faites toute seule ces deux sauterelles ?!)

Phase 4 : Patiiiiiiiiience

Mercredi après-midi, avec Princesse Pirate en second, nous avons monté la cabane et... J'ai vaincu (sans avoir à scotcher la bouche / les mains de ma chèèèèèèèèèèère fille adorée). Et le résultat est plutôt pas mal :

Reste maintenant à savoir combien de temps elle va tenir de bout (ie supporter la délicatesse de Princesse Bubulle-dozer)

Vous vous demandez pourquoi je vous parle de ça ?
Parce que ce genre d'activité est le meilleur moyen que j'ai trouvé afin de mettre mes idées en place pour un manuscrit. Ce qu'il en est ressorti de tout cela :
- Créer un personnage qui soit un vrai papa gâteau
- Me rappeler que mes héroïnes doivent savoir se débrouiller seules...

Vous pensiez que j'allais vous donner des informations sur mes manuscrits ? Non, vous me connaissez mieux que ça !
Bon allez je file me remettre au tome 2 de Petits dérapages !

lundi 8 mai 2017

Nom d'un canard !

Eh oui, il était grand temps de vous en parler, demain Fanny débarque dans tous les bons sex-shops ! Euh non ! dans toutes les librairies !


Ce qu'il faut savoir sur Sextoys et bulles de savon :

  • L'idée de base vient d'un délire avec une chroniqueuse qui est devenue depuis une de mes bêtas-lectrices (entre autre). Nous faisions gentiment connaissance quand la conversation a dérapé (et comme tout le monde le sait, je suis un ange donc le dérapage ne vient pas de mon côté)

  • Il a fallut attendre quasiment six mois pour que je me dise "et pourquoi pas faire réellement une histoire avec elle?", et un an entre mon envoi à Diva et l'arrivée entre vos mains.

  • À la base, Fanny devait être une vendeuse dans un sex-shop placé dans un village alsacien et qui aurait régulièrement des plaintes pour son comportement... Et puis j'ai commencé à écrire et, comme d'habitude, j'ai un peu... dérapé (oui, j'aime ce mot, mais que voulez-vous je suis en plein sur le tome 2 de Petits dérapages...)

  • J'ai eu du mal à trouver le prénom du héros, c'est même pour cela que Fanny lui affuble un (splendide) surnom qui le poursuit jusqu'à ce que l'auteure (ie moi pour celles et ceux qui ne suivent pas) s'habitue au prénom vieillot choisi sous l'influence d'un coca fraise trop sucré.


Quand je l'ai écrit, je voulais du léger, du parfumé, un condensé de joie de vivre. Et puis... la réalité m'a rattrapée...


Oui, j'ai traité mon héros avec le respect dû à son uniforme. J'ai rappelé leur quotidien par touches légères, mais nécessaires.

Non, Fanny n'est pas une écervelée, juste une survivante qui lutte contre son mal être à sa manière.

... et une balançoire a ramené le sourire.


Je parle de sextoys avec parcimonie. Je laisse l'érotique à mes collègues et me contente de la comédie. Alors même si Amazon le catalogue dans "développement personnel > sexualité", cela reste un livre de mon cru ;)



N'oubliez pas de me dire ce que vous en avez pensé !
Mily


Premiers avis (pour les chroniques, cliquez sur le nom des blogs) :

Livre sa vie : "Un petit bonheur à lire, de quoi passer un moment drôle et touchant à la fois."
La malle aux livres :  "Cette histoire je l’ai tout simplement dévoré en une seule fois et en quelques heures ( même pas de pause pipi durant ma lecture )"
Sur la page Charleston : lien

samedi 1 avril 2017

Salon du livre, épisode 4 : la suite (mais pas la fin)

Pour toute histoire, il faut une conclusion. Pour ces épisodes, aussi...

Même s'il n'a jamais été cité, Grand Chef a assuré comme une bête. Il a géré les monstres avec brio, m'a écouté raconter mes journées sans râler (enfin en supposant qu'il m'écoutait réellement, difficile à dire au téléphone) et m'a bichonnée à mon retour à la maison.

Il est à noter que je suis finalement biologiquement apte à écrire une nouvelle. 
J'en ai longtemps douté, c'est maintenant sûr : je le peux ! C'est juste que je dois lutter contre ma nature...

J'ai fait de magnifiques rencontres, et je ne doute pas d'en faire encore cette année et les suivantes que ce soit sur Internet ou dans la "vraie vie". Tout d'abord les nouveaux auteures HQN qui, malgré leur nervosité, se sont vite intégrées, et puis les blogueuses avec leurs sourires communicatifs et les dossiers qu'elles ont sur nous.

Les plumes d'Harlequin forment un groupe dont je fais partie avec joie. Nous ne nous voyons qu'une fois l'an, et c'est bien dommage, mais l'ambiance est toujours détendue, simple et sans chichis.

Mes éditrices et leurs collaborateurs font un super travail. Je le dis rarement, mais j'aime mes maisons d'édition, je m'y sens bien et je suis plus qu'heureuse de travailler à leur côté.

En papier
En version numérique

On se retrouve le 9 Mai pour Fanny, Sextoys et bulles de savon.
Que le teasing commence !

Mily

vendredi 31 mars 2017

Salon du livre, épisode 3 : Les dédicaces


Le point culminant de ce week-end de folie à Paris : les dédicaces.

Des rencontres inattendues


Suzie est une héroïne qui n'a pas froid aux yeux. Elle est moderne et fait tout pour avoir ce qu'elle veut. Jusque là, vous me direz que c'est comme d'habitude (ou presque). 
Seulement quand une femme d'un certain âge et très BCBG m'a demandé une dédicace, j'ai soudain eu des suées. Qu'allait-elle penser de la scène des porte-jarretelles ? (j'rigole, cette scène est dans Louise ! J'allais pas vous spoiler ! Mais disons juste que la scène de la douche de Louise et Francis est très... soft). Ma dédicace est donc restée très sobre, peut-être trop, mais que voulez-vous, j'étais impressionnée !

Dans les surprises, il y a eu la visite éclair de Gilles Milo-Vaceri. À peine une bise, la promesse de se retrouver plus tard, et hop il avait disparu. Il faut dire que notre heure de dédicace s'est prolongée tant vous étiez nombreuses (encore un gros merci à toutes !)
 

Des visages sur des prénoms / surnoms

 
Il faut dire que je suis pas mal sur FB et que je lis pas mal de statuts, de noms... Et puis j'en vois qui me suivent plus que d'autres, des prénoms qui reviennent régulièrement dans mes notifications...  
J'ai ainsi "découvert" que Léon de Griffes ne ressemblait pas à Simon Baker dans la vraie vie, qu'Aurélie de The Lovely Teacher aurait dû se munir d'un caddie pour tous les livres qu'elle a acheté... 
Bon ok, ça n'a rien à voir avec son visage, mais mince ! À onze heures, elle avait déjà le sac à dos de blindé et les mains chargées. Enfin bref...
 
J'ai essayé de reconnaître tout le monde, mais je pense en avoir loupé, faute de temps, à cause de la fatigue...  

 

De la bonne humeur


Sur ce coup-là, Sophie a eu du nez ! Eve et moi on s'entend (très) bien (malgré sa "Mily" dans Délicieuse dépendance, HQN) (Non, je n'ai pas fini d'en parler) (oui, je sais, tu ne me connaissais pas réellement à l'époque...).

 




Mes cœurs ont été honteusement qualifiés d'"utérus" et le collant ventre plat d'Eve a été au centre de toutes les conversations. À un moment, il a été question de lapins... de canards... Et pour les plus curieux, non, nous parlions pas d'animaux. Et donc oui on parlait bien de sextoys.

Des compliments sur Louise et Emma, des confidences sur Fanny...

Joséphine de Psych3deslivres a eu la peur de sa vie (encore désolée). Il faut dire que porter le même nom qu'une de mes héroïnes (Jo) ça a quelque chose de marrant (enfin pour moi, et parce que le prénom est relativement peu courant). En tout cas, j'ai frétillé de joie en apprenant que Fanny avait plu !


Bon vous l'aurez compris, cette séance de dédicaces a été un franc succès et mon petit cœur a adoré vous rencontrer. Pour les absents, il va falloir qu'on se prévoit une séance de rattrapage ;)